Indigo

Indigo

Numéro un du Color Index, reine des teintures, signe de richesse et de solidité, technique millénaire répandue sur tous les continents, couleur révélée par oxygénation, issue des feuilles de l’indigotier mais pas que – voici l’indigo. Preuve que la complexité jamais n’effraya les hommes, mais plutôt les stimula : à trouver des solutions, jouer avec les éléments, s’en parer. Des écrits brahmaniques datant de mille ans avant notre ère le recommandent en application contre les affections cutanées; la tombe de Toutankhamon comporte certaines étoffes d’indigo teintées; Marco Polo décrit son utilisation aux Indes alors que l’Occident s’en protège, de cette recette tropicale – et préfère le pastel local. Puis c’est l’Amérique, exploitée, comme certains corps auxquels on dénie l’humanité : l’indigo devient clé de la traite des esclaves, du commerce triangulaire. Plus tard, plus loin, les colons anglais créent d’immenses indigoteries à la place des rizières: les Indiens ont faim et se révoltent. Mais la richesse, bien sûr, reste concentrée… L’indigo, lui, est enfin largement partagé: passant à une formule de synthèse, il habille la planète en blue jeans. Le bleu de travail et le lapis lazuli des cérémonies seraient donc liés? L’indigo révèle l’humanité.

Text: Odile Cornuz
Illustration: Anne-Marie Lendi

Updating…
  • No products in the cart.